Bannière

La Liberté guidant le peuple (Eugène Delacroix)

le Jeudi, 04 Juin 1998 par Victor, Benjamin

wpe1.jpg (19535 octets)

La Liberté guidant le peuple Huile sur toile
Dimensions : 2.60x3.25 m
Exposé au Louvre

VictorBenjamin

La liberté guidant le peuple

La vie de Eugène Delacroix

Eugène Delacroix peintre Français né à Saint-Maurice en 1798, mort à Paris en 1863. Il effectue de nombreuses études au Louvre.
"Dante et Virgile aux Enfer" est la première oeuvre que Delacroix, qui a été élève de Jacques-Louis David et de Pierre Guérin, présente en 1822 au salon. Deux ans plus tard "les massacre de Scio" passent aux yeux des amateurs pour être un manifeste de la peinture romantique.
"La Liberté Guidant le Peuple", en 1831, est une allégorie de ce qu'avaient été les Trois Glorieuses de 1830.
Delacroix reçut d’importantes commandes publique pour le palais du Luxembourg ou le Palais- Bourbon, dont il décore la bibliotèque. Il y laisse un journal et des études esthétiques qui sont des texte essentiels à la compréhension des enjeux de la peinture. Le dernier appartement qu’il habita a Paris abrite aujourd’hui le Musée Delacroix.
Aillant vécu 65 ans Delacroix eu le temps de faire beaucoup d’oeuvres.

Delacroix

Le tableau

Ce tableau représente les Trois Glorieuses du 28 juillet 1830.
Dans ce tableau, on rencontre souvent les couleurs de la République : bleu, blanc, rouge. Il est fait en trois parties, trois planches de bois recouvertes de toile que l'artiste a peinte. Le personnage principal : la femme torse nu qui porte un bonnet phrygien représentant la liberté, entraîne une foule de gens armés. Trois personnages la regardent.
Sur Notre Dame on peut distinguer un drapeau : bleu, blanc, rouge.
Un peu plus bas on voit une armée de soldats tirant sur une barricade. Parmi les trois personnages qui regardent la femme, un est à terre blessé, un autre avec un chapeau haut-de-forme et une veste noire, il tient un fusil à la main. Le troisième habillé d’un béret et porte un tablier serré par un foulard serrant un pistolet. Il tient à la main un sabre. A côté de lui quelqu’un accroupi par terre est armée d’un fleuret et de pavés de la barricade.
A côté de la femme, un jeune garçon armé de deux pistolets franchissant la barricade que forment les morts.
A côté du jeune garçon l’artiste a signé sur une planche.